Sélectionner une page

Ferme de la Marinière

La Ferme de la Marinière, St Marthurin

Bertrand et Serge Rondeau

Lorsque que nous les avons contacté , c’était uniquement parce qu’ils élevaient des vaches de race « Parthenaise ».

 À notre grande surprise, c’était l’arbre qui cachait la forêt.

Nous étions comme des gamins, cette forêt est enchantée et le Merlin de service s’appelle Bertrand. Serge affairé à des tâches un peu plus administratives n’a pu nous accompagner. Ces deux frères travaillent dans la ferme où leurs parents se sont installés en 1974. Cet esprit de famille, ils se le partagent avec un amour commun pour les bêtes et les cultures. Si vous avez le bonheur de croiser leur chemin, vous vous rendrez vite compte que les rapports humains sont du même acabit.

Les veaux

(trop mignons) ont une maman « Prim’holstein et un papa « Blanc bleu belge » Sélection mûrement choisie.

C’est la ferme du bonheur

en fait cache une cinquantaine de vaches laitières « Prim’Holstein » et leurs veaux élevés uniquement au lait. Les poules, les cochons (que nous n’avons pas eu le temps de voir) occupent eux aussi une belle place dans tout ce cheptel. Ces deux hommes mettent un point d’honneur sur la sélection de leurs bêtes quand ils ne les font pas naitre eux même.

L’étable est équipée d’une salle de traite automatique,

les vaches y vont quand elles ont envie ou en éprouvent le besoin, mais pas plus de 3 fois par jour. Le modernisme à du bon car il donne la liberté aux bêtes et le tout dans des conditions d’hygiène irréprochable. Sans oublier la petite séance de massage, de grosses brosses rotatives tournent en permanence, nous ne pensions pas qu’elles pouvaient prendre autant de plaisir avec cet engin.

nous avons été chaleureusement reçus par Bertrand qui nous a ouvert son chalet. La chambre froide est vide? Il fonctionne en commandes directes, donc pas de stock à trainer.

La baguette magique de ces 2 enchanteurs,

elle se situe dans une petite cabane en bois. L’idée a germé dans la tête de Bertrand il y a 15 ans. La demande était présente, à 2 ils créent une vente à la ferme. La sélection des transformateurs est drastique, ne pouvant le faire eux même, des professionnels de la boucherie détaillent et conditionnent les produits.

Les poulets blancs sont élévés au blé de la ferme. Ici ils ont 28 jours et ne font que quelques centaines de gramme, à leur maturité il feront plus de deux kilos.

Seule une partie de l’élevage prendra cette filière,

nous pouvons vous assurer quelle est particulièrement bichonnée. D’où la présence de 4 à 6 vaches « Parthenaises » sur l’exploitation. Notre arbre qui cachait la forêt…

Site

Situer